Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FEST'ART
  • FEST'ART
  • : Le théâtre au service de la paix
  • Contact

Profil

  • Festival International Théâtre pour la Paix
  • Le Seul festival International de théâtre professionnel au Sénégal
  • Le Seul festival International de théâtre professionnel au Sénégal

Notre devise

LE THEÂTRE AU SERVICE DE LA PAIX. LE TÔTEM DU THEÂTRE SÉNÉGALAIS

Rechercher

Archives

La Présidence


Son Excellence Monsieur Le président de la République Maître Abdoulaye WADE en présence du Ministre de la Culture Monsieur Amadou Tidiane Wane Accueillant Le Directeur de la Cie les Gueules Tapées pour le sénégal qui gagne

La Présidence soutient Les Gueules Tapées
 
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 18:54
FOLIE DEPENSIERE  POUR UN FESMAN REPORTÉ
Les « contes » de Médiatique Events

Dans ses différentSerigne Modou Bossou LEYE Ministre de le culture et de la Francophonie es interventions intervenues avant le report du Fesman, le président de la République n’avait pas raté l’organisation confiée à « Médiatique Events ». Non seulement la société dirigée par Jean Pierre-Pierre Bloch n’a pas rempli sa mission, mais aussi sa gestion des finances mises à sa disposition soulève des interrogations. Avant de résilier le contrat de « Médiatique », l’Etat du Sénégal avait demandé des justificatifs sur les dépenses effectuées par « Médiatique », d’autant que ces dernières n’ont servi, au finish, à rien. Même pas un tout petit contrat. Les justificatifs fournis par « Médiatique » sont renversants.

S’il a décidé de maintenir la coordination générale du Festival mondial des arts nègres (Fesman) et de mettre en piste des hommes de confiance (Pierre Goudiaby Atépa et Cheikh Amar) pour la construction des infrastructures du Fesman III, il n’en demeure pas moins que le président de la République garde toujours un goût amer du bilan mitigé de Jean Pierre-Pierre Bloch, désormais ancien producteur délégué du Fesman. Comme le révélait « L’As », l’Etat, par le biais du Ministère de la Culture, lui a adressé une lettre, en date du 4 août 2008, pour résilier le contrat en date du 18 décembre 2008, non sans lui proposer une rupture à l’amiable, qui lui éviterait des poursuites judiciaires. La vérité est que Bloch, en plus d’avoir zéro réalisation sur les préparatifs de l’événement qui lui avait été confié, a joué avec les finances qui avaient été mises à sa disposition.


3,1 milliards de F Cfa décaissés pour zéro

À sa demande, l’Etat du Sénégal avait mis à la disposition de « Médiatique » un prêt de 2 milliards de F Cfa qu’il s’était engagé à rembourser, dès les premières rentrées du fund rising que Bloch avait envisagé. Et qui, selon ses dires, devrait rapporter entre 40 et 60 milliards de nos francs. Or, comme le constate l’Etat, Bloch n’a même pas obtenu un seul dollar. Alors que, sur le prêt, un montant de 1,8 milliard de F Cfa a été consommé. À la suite de la signature du contrat, l’Etat avait mis à sa disposition, au Ministère de la Culture, la somme de 10 milliards de nos francs, sur laquelle Jean Pierre-Pierre Bloch a retiré 2 milliards de F Cfa, sans même à ce jour le début d’exécution d’une prestation en direction de l’événement. Toutes choses qui font que l’Etat du Sénégal, pour éviter une saisine de la Justice, avait demandé à Bloch des propositions concernant les sommes qui lui ont été avancées, c’est-à-dire 1,8 milliard d’avance non encore remboursé et 2 milliards de francs, pour lesquels « nous n’avons la preuve d’aucune prestation effective dans le cadre du Fesman », comme l’écrit l’Etat sur un ton ferme. Pourtant, Médiatique Events a tenté de justifier l’utilisation du versement de 1 milliard de francs sur le premier acompte. Des dépenses dont l’Etat doute de la véracité, à cause de leur légèreté.


40 millions de F Cfa pour un cabinet français, 12 millions francs pour des voyages de « repérages »…

Selon les justificatifs de Médiatique Events, 40 millions de F Cfa ont été versés au cabinet Rozo pour sa mission d’étude, de développement et de mise au point du cahier des charges relatives à la réhabilitation de tous les sites retenus, ainsi qu’à la première version des Fes-Penc. Commentaire d’une source proche du dossier : « 40 millions de F Cfa pour des architectes français. C’est bizarre, quand même, d’autant que, jusqu’à ce jour, ce décaissement n’a pas été justifié ». Mieux ou pire, selon toujours les états remis par Médiatique, 13 millions de francs ont été versés en honoraires à l’assistant à maîtrise d’ouvrage et 12 millions de nos francs pour des…voyages effectués entre la France et le Sénégal et à l’intérieur du Sénégal par les architectes et l’assistant à maîtrise d’ouvrage, « afin d’effectuer des repérages sur sites ». Pourtant, l’Etat note qu’« aucun début de réhabilitation des lieux d’organisation des manifestations n’a été constaté ». Pourquoi, donc, tout cet argent a été décaissé au profit d’architectes français ?


10 millions de francs pour des déjeuners entre Paris et New York

Ces contradictions avec la réalité des faits et ce que soutient Médiatique pour se dédouaner sont aussi palpables dans la rubrique « Communication/Fundraising ». Ici, 75 millions de F Cfa ont servi, selon les justificatifs, aux salaires des équipes de relations publiques, relations presse et communication. 10 millions de francs ont été mobilisés pour des …déjeuners avec des partenaires potentiels entre Paris et New York. On retiendra que ces déjeuners n’auront finalement servi à rien, si tant est qu’ils ont eu lieu.


130 millions de F Cfa pour réserver des chambres qui ne verront pas d’hôtes…

30 millions de F Cfa ont été nécessaires, selon Médiatique, pour la mise en place des versions I et II du site Internet. 40 millions de nos francs auraient été nécessaires pour la campagne sénégalaise lancée le 30 avril 2009 et « au travail réalisé auprès des chaînes de télévision par la société Basic Lead et enfin aux voyages correspondant à ces différentes actions (Etats-Unis, Brésil…) ». Pour le volet logistique, hébergement, transfert et restauration, la somme de 50 millions de francs correspond, selon Médiatique, au travail des équipes qui, selon toujours elle, a permis d’aboutir à « six projets structurés et argumentés pour le village des festivaliers à travers une consultation internationale, mais aussi aux accords commerciaux initiaux passés avec cinq grands hôtels dakarois pour réserver les 400 chambres, où logeront les équipes du Fesman et les artistes internationaux ». 130 millions de nos francs ont été versés à ces hôtels pour réserver les chambres. Enfin, affirme Médiatique, un acompte de 25 millions de francs a été versé sur la commande des tentes et du mobilier…


Cheikh Mbacké GUEYE


Partager cet article

Repost 0
Festival International Théâtre pour la Paix
commenter cet article

commentaires