Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FEST'ART
  • FEST'ART
  • : Le théâtre au service de la paix
  • Contact

Profil

  • Festival International Théâtre pour la Paix
  • Le Seul festival International de théâtre professionnel au Sénégal
  • Le Seul festival International de théâtre professionnel au Sénégal

Notre devise

LE THEÂTRE AU SERVICE DE LA PAIX. LE TÔTEM DU THEÂTRE SÉNÉGALAIS

Rechercher

Archives

La Présidence


Son Excellence Monsieur Le président de la République Maître Abdoulaye WADE en présence du Ministre de la Culture Monsieur Amadou Tidiane Wane Accueillant Le Directeur de la Cie les Gueules Tapées pour le sénégal qui gagne

La Présidence soutient Les Gueules Tapées
 
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 23:37

theartre_choix-de-madior.jpg

 

Le Grand théâtre deDakar a accueilli vendredi dernier, la première de la pièce Le Sacrifice de Madior. Le public a replongé dans l’ambiance du royaume du Cayor au temps où, le pouvoir était ce qui comptait le  plus.

 

 

Des cases qui entourent une  grande cour royale, un baobab que l’on aperçoit au loin. Un trône vacant au beau milieu de la concession. Le décor ainsi campé, reproduit le  royaume du Cayor en ses temps fastes. Le metteur en scène Macodou Mbengue  a voulu revisiter le mythe de Yassine Boubou à travers la pièce Le sacrifice de Madior. S’inspirant d’un texte de Ibrahima Sall, il a, vendredi dernier, plongé les spectateurs du Grand Théâtre de Dakar, dans la guerre de succession qui a décimé presque en entier une famille royale. Le roi mort, il lui fallait un héritier. Normalement, c’est l’ainé des fils qui doit accéder au trône après son père. Seulement, personne ne le trouve assez courageux et valeureux pour diriger le royaume. Une dispute éclate alors entre les frères qui finissent par s’entretuer.

 

Pendant ce temps, la sorcière (interprétée par Anne Marie Doliveira) avait déjà réglé la question. Elle sait que c’est Madior (joué par Roger Sambou) qui va accéder au trône. Mais à quel prix ? Avec une voix forte qui semble presque irréelle, elle annonce à Madior qu’il sera Damel du Cayor et Tègne du Baol et que son fils lui succèdera à ces fonctions. Seu­lement, le prévient-elle, «il te faudra payer le prix du sang». Pas n’importe quel sang ! Les esprits réclament celui de son épouse. Décontenancé par ses prédictions, le prince s’en ouvre à ses femmes. Mais en discutant avec elles, Madior se rend compte que la seule qui peut sauver la dynastie et lui permettre d’accéder au trône, c’est sa préférée, Yassine Boubou, la plus jeune de ses épouses.

 

LE PRIX DU SANG
Devenir Damel du Cayor, devient problématique. Toutefois, la femme se soumet volontiers aux exigences des esprits. Elle accepte sans réticence de donner sa vie pour sauver la dynastie et faire de son mari et de son fils encore bébé, Damel et Tègne. Un épisode historique de ce royaume, réalisé dans un échange poignant que le public a suivi en écrasant par moment une larme au coin de l’œil. Tant furent touchants les propos de Yassine Boubou (interprétée par la jeune Fatou Kiné Kaba découverte par le metteur en scène lors d’un festival interscolaire de théâtre) qui convainc son mari de la nécessité de se sacrifier. Grâce à elle et comme le veut la légende, le sacrifice de Yassine Boubou qui s’est donnée la mort, propulse Madior à la tête du Cayor et du Baol. «Le mythe de Yassine Boubou  glorifie la femme par rapport à l’image que l’on a toujours voulu donner à la femme africaine et sénégalaise», explique Macodou Mbengue. Il a fallu une trentaine de comédiens de la compagnie les Gueules Tapées,  de Sorano et de l’Arcots pour donner vie à cette pièce.

agueye@lequotidien.sn

Partager cet article

Repost 0
Festival International Théâtre pour la Paix - dans La Compagnie
commenter cet article

commentaires